IL Y AVAIT UN ENFANT PAUVRE D’ALGÉRIE [PHILIPPE LOUIT]

Hier, une amie algéroise me confiait son bouleversement : l’ancienne femme de ménage de son bureau, une entreprise de recrutement de cadres, sur le port d’Alger, qui avait travaillé là 6 à 7 ans, déjà gravement malade depuis longtemps, venait de mourir : Quelle vie ! La nôtre a adopté un garçon et une fille. … Lire plus…