LA TERRE ET LES PIERRES [ARTHUR RIMBAUD]

Si j’ai du goût ce n’est guère Que pour la terre et les pierres   Arthur Rimbaud, Une saison en enfer, Faim.  En souvenir de ces belles pierres, et de cette belle terre, du Subasio. [À Carla et à la mémoire de M.H.A.]  

UN TEMPS D’AVANCE [ELIAS CANETTI]

    Quand Nietzsche, en lisant Taine dans La Revue des Deux Mondes, nourrissait son esprit européen, Rimbaud était déjà trafiquant d’armes à Harrar. Elias Canetti, Le territoire de l’Homme, Albin Michel, 1978.   Ce à quoi Tarek Essaker souhaite associer, plus que commentaire :  … Mes rêves vont ainsi, de courbe en spirale, d’effondrement … Lire plus…

LE CLAVECIN DES PRÉS [ARTHUR RIMBAUD / FRANCIS PONGE]

La main d’un maître anime le clavecin des prés. Arthur Rimbaud, Les illuminations.   Je repense aujourd’hui à ce clavecin rimbaldien. Pourquoi cela est-il juste ? Parce qu’en effet le pré sonne comme un clavecin, par opposition avec les orgues de la forêt voisine (et des roches) et la mélodie continue, l’archet du ruisseau… Francis … Lire plus…