FASCINATION DE L’OMBRE [ION TUCULESCU]

En regard du petit poème de Li Bai, donné la veille, N.* envoie ceci évoquant le grand peintre roumain Ion Tuculescu [1910-1962] : ION TUCULESCU Dès la plus tendre enfance, l’ombre a constitué pour moi un autre univers, l’inconnu, une question de philosophie. Elle se situe parmi mes premières surprises sans explication. On s’amuse à … Lire plus…

DES CHARRUES SANS NOMBRE [LUCIAN BLAGA]

Au regard de ce qui s’écrivait par ailleurs […LA CHARRUE AVANT LES BŒUFS], il est vrai que nous entrons dans une époque sans charrues, sans charrues visibles au regard de l’ “homo urbanis”  que nous sommes devenus — et quel nom encore pour ces énormes attelages motorisés qui retournent nos plaines ?! Il n’y a … Lire plus…

SOLITUDE [ROBERTO JUARROZ / OCTAVIAN PALER]

Una soledad adentro y otra soledad afuera. Hay momentos en que ambas soledades no pueden tocarse. Queda entonces el hombre en el medio como una puerta inesperadamente cerrada. Una soledad adentro. Otra soledad afuera. Y en la puerta retumban los llamados. La mayor soledad está en la puerta. Une solitude à l’intérieur, une autre à … Lire plus…

LA DÉFINITION DE L’OMBRE [OCTAVIAN PALER]

Si la lumière nous traversait nous n’aurions plus d’ombre, elle ne tournerait plus autour de nous telle un tournesol  noir. Et si elle ne tournait plus autour de nous telle un tournesol noir, la nuit, elle, ne dormirait plus en nous. Octavian Paler, extrait de L’Ombre des mots (Définitions lyriques), Inédit en français, traduit du … Lire plus…

INTERLUDE ROUMAIN ‘VALURILE DUNĂRII’ [ION IVANOVICI]

  Ion Ivanovici Les vagues du Danube Valurile Dunării ♫ Orchestre philharmonique de Cluj-Napoca Dir. Emil Simon [enr. 1977]   ‘Les vagues du Danube’, ‘Valurile Dunării’ en roumain, est une valse célèbre — si célèbre même qu’on l’attribue souvent à Johan Strauss – de Ion Ivanovici (1854-1902), chef d’une fanfare militaire roumaine, qui fût primée … Lire plus…

LE SIGNE DU CANCER [OCTAVIAN PALER]

Qu’il eût été bien d’être un crabe authentique marchant constamment à reculons*. Je t’aurais rencontrée parmi mes souvenirs et, une fois trouvée, je ne t’aurais plus lâchée, te traînant avec moi à reculons, afin de nous aimer jeunes et coupables, et ensuite, toujours à reculons, je t’aurais traînée vers l’enfance, jouant là innocents, jusqu’à ce … Lire plus…

AU SEUIL DE… [OCTAVIAN PALER]

Franchir un seuil est chose risquée. Initiatique. Cela engage tout l’être. Être dedans. Être dehors. S’y maintenir est problématique, incertain, ambigu. Prise de pouvoir, obstruction. Incertitude, déséquilibre inquiet. Certains atavismes culturels font résonner considérablement ce phénomène. Ainsi, en Roumanie, une puissante et profonde symbolique est attachée à la porte et à son franchissement. Elle marque … Lire plus…

L’AIR DU TEMPS [OCTAVIAN PALER]

Ce blogue n’est peut-être pas l’espace où prendre la parole en lieu et place de l’autre. Mais cet autre n’étant, hélas, plus avec nous pour le faire et comme, par ailleurs, il nous avait, d’une certaine manière, autorisé son propos en français, je me permets de noter ce court poème qui me semble non seulement … Lire plus…