AUX PORTES DE TUNIS [TAREK ESSAKER]

L’aspiration irrésistible de ce qui se cache et se révèle dans la tension inéluctable vers l’illisible oubli. Porte-perte, ville-vie, amour-la mort sont les noms des stations que traversent chacun de ces textes.

JE T’AI CHERCHÉ [TAREK ESSAKER]

Je t’ai cherché
Au matin d’un désert
Au soir d’une ville
Dans ce qui nous conte
Et palpite sous le cœur
Hors de la vie
Énigme, dit-on

LETTRE OUVERTE À MON AMI OULED AHMED [TAREK ESSAKER]

Les vivants ainsi que les morts s’éloignent des rivages, nagent par delà les horizons connus. Tu es dans le grand large du savoir, de la poésie, puissent les vivants avoir un avant-goût de ta plénitude, de ta sérénité, de l’amour que tu portes au large des mots.

EXCENTRIC-NEWS