TOURNOYER À L’ENTOUR DU POT

 
 

Me turlupine depuis un moment cette expression : tourner autour du pot, or, je trouve en ce lieu  une acception possible, mais dérivée, figurée et toute ‘ronflante’, de l’expression originelle, sur laquelle je reviendrai bientôt, à la fortune du pot.

Or, sans tournoyer d’avantage à l’entour du pot, vous demandez à vous réjoüir, et je suis femme de composition qui vous donne le choix dans demye heure d’une jeune Damoiselle [1624].

À J/G. qui provoqua, mais sans provocation.
Print Friendly, PDF & Email

7 réflexions au sujet de “TOURNOYER À L’ENTOUR DU POT”

  1. Oui, ces tirs ‘au pot’ qui, à la récréation, nous faisaient gagner – ou perdre – ces belles billes en verre chamarrées, achetées en sachet à la droguerie B., et parfois même, suprême victoire – ou défaite – un magnifique biscaïen.

    Répondre
  2. Ce “pot” occupe deux pleines pages du Littré. Entre le contenant et le contenu, le propre et le figuré on n’en finit pas en effet de tourner autour de ce vase : de cuisine, de cabinet et même de chambre. Pour ma part j’aime aujourd’hui en ma tête, faire ressurgir ces creux de la cour de récréation quand nous jouions “au pot” avec nos billes de terre vendues six sous à la droguerie paternelle, ou encore aujourd’hui sous mes pieds, j’aime à détecter dans le sous-bois ces pots que font blaireaux en guise de latrines. Même pas vrai ! Pas de pot! Bien sûr que si.

    Répondre
  3. Précision utile : quant au potaufeu, ce n’est pas tant de ce qui est autour de l’os dont je suis friand que de ce qui trône en son coeur : la (substantifique) moelle…, même dans sa variété, certes jaunie mais toujours saignante, de vieux canard.

    Répondre
  4. Pour moi, rien contre la mise en ménage…, un échec de plus n’est pas une nouvelle peine… et puis un nouvel os à ronger, c’est toujours bon… à ronger… Mais rien de (pot) pourri chez moi, je vous l’assure !

    Répondre
  5. Vous avez du pot, car à force de tourner ainsi aux alentour du pot aux roses, vous allez bien finir par tomber dedans, en émettant des gargouillis.Je parie le pot de fer contre le pot de terre que c’est un pot pourri. Méfiez vous cependant des pot au Feu, c’est la mise en ménage assurée, comme dirait une femme en dé-com-pot-si-tion.

    “C’est dans les vieux pots que l’on cuit les meilleurs os.”

    Je sais, cela tombe un peu comme un cheveu sur la poule au pot, mais c’était trop tentant dans ce melting pot… Tant va le pot à l’os…

    Bon, on ne va tout de même pas verser dans la blague de pot-H.

    Répondre

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.