UN TEMPS POUR… [TAREK ESSAKER]

Ces temps ne chantent pas à gorge déployée

Temps à tout hasard
Sans savoir où déboucher

Un temps pour les premiers pas
Comme un dessin des premières
Ou des ultimes formes

Un temps sous terre ou sous ciel
Vers le large

Un temps pour chercher
Un temps pour perdre
Dit-il

Y-a-t-il des clés pour survivre ?

Un temps pour s’habituer
Un temps pour s’ inventer
Dit-elle

Un temps pour se hâter
Un temps pour nommer

Que faut-il nommer ?
Dit-il

Elle ne répond pas

Un temps pour retrouver la mer
Ou ne rien trouver
Dit-il

Est-ce la faute de la marée
Ou de la pleine lune ?
Dit-elle

Un temps pour se souvenir
Et un temps pour oublier
Tout dépend du psaume récité

Et il te faudra attendre
Car il y a un temps pour rire
Et un autre pour pleurer
Ajoute-t-elle

Et de continuer

Un temps pour le chant
Un autre pour les psalmodies

Jusqu’à l’outrance
Jusqu’à l’ivresse

Peut-être même
Jusqu’à la plus intense
Brûlure

Un temps pour les questions
Un autre sans réponses
Dit-il

Chapelet de chants divers
De questions multiples
Et de cheminements

Sans aucun secours
Sans aucune réponse

Comme la danse des étourneaux
L’automne
Ou la frénésie des abeilles
Le printemps
Dit-elle

Comme le figuier à son ombre
Et le mûrier à son visiteur

À l’hiver aucun signe

L’absence presque

En été l’attente
Se faire une place à l’ombre
Se faire oublier de la chaleur

Attendre attendre
Oublier oublier

Un temps pour la paresse
Un autre pour l’obstination
Comme un autre pour la négligence

Rien n’ appartient à rien
Sinon à l’immense vide
Comme une lassitude anticipée
Dit-elle

La mélancolie use
Dit-on

Et le souvenir lui vient en aide
Pense-t-il

Que de souffrances
Entre attente
Entre mémoire
Et ce qu’il en reste
De haillons
Et de loques

Tous habitent le doute
L’idée du chemin à atteindre
Où la vie est creuse
Dit-elle

Et pourquoi cette certitude ?

Peut-être est-ce le savoir
Ou le chaos
Semble-t-il

L’est-il vraiment ?

Et qu’ y a-t-il de plus inattendu ?

Une errance
Une échappatoire
Un corbeau qui dévore son maître ?

Une parole si légèrement voilée
Chose étrange

Parole vide
Si creuse
Si absente

Un murmure étrange

Si brusquement autre chose
Si brusquement surprenante
Inexistante

Par moment en dedans
Par moment en dehors
Rien de loin
Ni de proche

Le temps d’une énigme
Ou d’un presque
Vertige

Le temps d’y croire
Ou de vouloir s’y plaire

Un temps en vain
Avec cadence
Et sans mesure

Rend l’exilé à sa terre
Et le mort à sa tombe

Je ne sais si j’attends moi-même
Dit-elle

Une attente sans mesure

Te faut-il rêver
Au rythme d’une lanterne
Au coin d’une rue
Avec un air d’oubli ?

Comme un pèlerin
Dont on ne sait s’il a marché
Dans ses pas
Dit-il

Ou comme un songeur
Égaré dans son silence

Peut-être même
Un voyageur
Qui tente de décompter
Ses haltes
Dit-elle

À toi d’y croire
Comme d’y renoncer

Tarek Essaker, avril 2022.

1 réflexion au sujet de « UN TEMPS POUR… [TAREK ESSAKER] »

  1. “Un temps pour les questions
    Un autre sans réponses
    Dit-il…”

    Voilà qui fait sensible écho à ce poème d’Octavian Paler, traduit ici même par mes soins et ceux de l’amie Ivona Panaït, il y a déjà longtemps : NOUS AVONS LE TEMPS. Comme quoi la ‘mécanique’ du temps est de tout lieu… et de tout temps !

    Répondre

Un commentaire, c'est sympa pour l'auteur.e … et c'est toute la vie du blogue ! D'avance, merci du vôtre.

EXCENTRIC-NEWS | Consultez la POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ et LE PORTAIL | MODE D'EMPLOI

EXCENTRIC-NEWS